Niveaux de rayonnements ionisants mesurés en périphérie du site de Fukushima Daiichi du 12 au 16 mars 2011


Un certain nombre de résultats quantitatifs de mesures de rayonnements ont été donnés, généralement pas par les média grand public (TV et radios), mais le plus souvent par les sources citées précédemment, reprenant les communiqués officiels diffusés périodiquement par Tepco. Même la presse écrite, pourtant prodigue en infographies, est restée sauf exception muette sur cet aspect de l’information pourtant capital.

 Le New York Times est une de ces trop rares exceptions puisqu’il a publié dans son édition du 16 mars le diagramme ci-dessous:

 

Ce diagramme représente la variation au cours du temps d’une grandeur que l’on appelle un débit de dose, grandeur mesurée en divers points de la périphérie de la zone occupée par la centrale électrique de Fukushima Daiini, et ce du dimanche 13 au mercredi 16 mars.

 Sans même rien savoir de ce que l’on appelle un débit de dose, on comprend à la vue de ce diagramme qu’il s’agit d’une grandeur liée à un phénomène transitoire survenu à quatre reprises au cours des trois journées du lundi au mercredi. La grandeur mesurée exhibe un pic soudain, mais qui ne dure pas, et se termine toujours par la même lente décroissance d’allure caractéristique bien connue des mathématiciens, et qu’on appelle une exponentielle décroissante.

De plus, deux des manifestations du phénomène (toutes deux le mardi 15) se sont déclenchées immédiatement après que soient survenus deux évènements inopinés, une explosion sur le réacteur n°2 et un incendie sur le réacteur n°4. Ce qui suggère fortement une relation directe de cause à effet. Pour ce qui concerne les deux autres pics (le petit du lundi et celui du mercredi) qui apparaissent par contre sans lien apparent avec un évènement quelconque, nous verrons plus tard que l’on connaît également l’évènement qui a déclenché chacun d’eux.

 On peut faire une déduction assez solide à partir de ces observations plutôt évidentes: S’il n’y avait pas eu ces phénomènes déclencheurs d’un accès de croissance brutale de la grandeur mesurée, celle-ci aurait exhibé sur la période étudiée une valeur moyenne à peu près constante, et comprise entre 0 et 2 sur l’échelle utilisée, et on peut même dire bien plus proche de 0 que de 2. (Nous découvrirons dans un prochain post la signification de l’unité utilisée, qui est le milliSievert/heure).

 Pour aller plus loin dans la compréhension, il faut maintenant savoir quelle est exactement cette grandeur mesurée. Autrement dit, qu’appelle-t-on un débit de dose ? De dose de quoi ?

Pour le savoir, cliquez sur le lien Rayonnements ionisants

 Retour en début de page

 Retour à la page d’Accueil

Publicités
Catégories : Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s