Quand 1 devient 1000 !


Ce matin,  mardi 29 mars, peu de média consacrent une partie de leur une à la crise de Fukushima. Priorité aux cantonales françaises et à la Lybie ! On pourrait interpréter ce changement éditorial comme une bonne nouvelle venant du Japon. Et bien, ce n’est pas vraiment le cas, car après les gros titres, les J.T reviennent toujours aux vues dramatiques du bâtiment réacteur le plus en ruine, et tirent la sonnette d’alarme à propos de l’apparition de plutonium.

Je me suis donc immédiatement connecté à la source d’information théoriquement la plus officielle, l’opérateur Tepco donc, en dépit de la très mauvaise réputation que l’on commence à lui faire,

(voir http://www.tepco.co.jp/en/press/

et ai trouvé un communiqué très récent, de ce jour mardi 29, 09 H 00 (heure locale japonaise).

Je vous dis tout de suite que rien de vraiment plus catastrophique que le quotidien vécu depuis une quinzaine de jours par ce site industriel martyrisé ne m’a frappé.

Mais j’en extrais pour vous un passage qui offre deux intérêts: la question du plutonium est évoquée. Et, on remarque que la gaffe malencontreuse du chiffre 1 transformé en 1000 pourrait être toujours présente dans ce texte qui devrait pourtant être lu et relu. Voici donc l’original en langue anglaise:

et la traduction en français (par mes soins):

« Du plutonium a été détecté dans des échantillons de sol du site de Fukushima prélevés les 21 et 22 mars. La concentration en plutonium détectée dans ces échantillons était du même ordre de grandeur que celle qui proviendrait d’un environnement normal, et nous pensons qu’elle ne peut pas affecter la santé humaine. Nous allons renforcer les mesures environnementales dans le site lui-même et dans l’environnement qui l’entoure.

Le 28 mars, nous avons détecté des substances radioactives dans les flaques d’eau découvertes dans les bâtiments turbine des unités 1 à 4.

Vers 15 H 30 le 27 mars, nous avons découvert de l’eau dans le puits central communiquant avec le sous-sol commun aux bâtiments turbine des unités 1 à 3. Le débit de dose de radioactivité à la surface de cette eau atteignait 0,4 milliSv/h dans l’unité 1 et plus de 1.000 milliSv/h dans l’unité 2. Nous n’avons pas de résultat de mesure confirmé pour l’unité 3. Nous continuons la surveillance de l’eau présente dans ce puits central. »

Voilà:

 1.000 milliSv/h, c’est 1 Sievert à l’heure, soit un débit de dose vraiment énorme. J’ai du mal à m’expliquer qu’on ait pu mesurer simultanément un débit de dose de 400 microSievert/h, soit environ 2000 fois moins. Pour de l’eau séjournant dans un espace commun aux trois unités 1 à 3 (c’est le sens de l’expression ‘water pooling in the vertical shaft… »). Cette eau, c’est celle qui a été déversée par centaines de milliers de mètres-cube depuis des jours pour refroidir les enceintes de confinement (pas les bâtiments usine, comme s’obstinent encore à les prendre pour les enceintes certains commentateurs). Il est donc normal qu’on la retrouve dans les sous-sols. C’est pour avoir piétiné dedans un certain temps que trois agents de Tepco sont actuellement à l’hôpital. Avec des doses reçues de l’ordre de 100 à 200 milliSv.

Maintenant, rappelez-vous le pataquès suscité par une annonce erronée de résultats de mesure. Conduisant précisément à l’ordre de grandeur du Sievert, soit un million de fois le niveau naturel de radioactivité.

Ajoutez  à cela les usages différents de notation décimale, à traduire du japonais en anglais, puis de l’anglais en français, et voyez ce que cela donne:

le nombre mille s’écrira:    1,000  en anglo-américain, mais:   1.000  en français

tandis que l’unité 1 s’écrit en anglais:  1.000  mais 1,000  en français !

J’ai bien du mal à ne pas rapprocher la première confusion rendue publique, et cet extrait du communiqué présent. Car je ne vois vraiment pas pourquoi deux mesures, faites en des points différents certes, mais caractérisant somme toute une même entité physique (l’eau des sous-sol), pourraient différer de 3 ordres de grandeur 1 à 1000) ?

Le proche avenir nous le dira.                              

Publicités
Catégories : Étiquettes : , ,

3 commentaires

  1. Pierre Cormault a raison : le texte présente fait état de « 0,4 mSv » (0.4 en anglais) pour le Réacteur 2 et « 1,0 mSv » pour le 3. Il ne faut pas sortir de polytechnique pour comprendre que c’est 2,5 fois plus (soit le même ordre de grandeur). Donc passer de 0,4 à 1000 (quelle que soit l’unité) ne peut être qu’une erreur de traduction avec la chaine d’interprétations derrière !
    E. GROSMANN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s