Une méga-barge pour stocker les eaux contaminées de Fukushima


Le 30 mars dernier, dans une réponse à un commentaire de Bruno Pierson, j’écrivais les lignes suivantes, à propos du recours éventuel à des barges flottantes:

 » J’ai peur que non, pour de multiples raisons malheureusement:
– D’abord, cela présenterait l’inconvénient de confiner avec sa concentration initiale maximale l’eau contaminée, et cela dans un containement forcément mal adapté, et soumis aux aléas de la navigation;
– Ensuite, il faudrait concevoir des barges tout-à-fait différentes de ce qui existe actuellement dans le genre, et qui est toujours un bâtiment vraiment sommaire. Toujours le problème de la concentration initiale, la plus haute, et vraiment dangereuse. Ces engins n’existent pas, et ne sauraient être construits assez vite pour être utiles.
– D’autre part, il semble que le premier point de la côte praticable pour un transbordement de ce type soit à une trentaine de km du site de la centrale. C’est là en tout cas que l’on disait les barges américaines atterrir.
– Enfin, il en faudrait vraiment beaucoup de ces barges de 1000 tonnes environ, car le temps presse, et il vaudrait mieux se débarrasser le plus vite possible de cette eau pour rendre à nouveau les bâtiments annexes de la centrale exploitables, et avoir alors la possibilité de travailler à retrouver un état d’arrêt à froid compatible avec les exigences de sûreté. »

Et bien, j’avais tort ! Car cela va se faire, et très vite. C’est une dépêche de World Nuclear News:

 (http://www.world-nuclear-news.org/RS-Mega-Float_readies_for_service_at_Fukushima-0704117.html)

 qui nous l’apprend, en date du 7 avril.

mega-Float
Une structure mega-Float utilisée comme parc de pêche (image: Ville de Shizuoka)

Une vaste structure flottante identique à celle figurée ci-dessus, à double coque, va être utilisée pour stocker les eaux contaminées de Fukushima.

Sa taille sera de 136 m de long sur 46 m de large (un peu plus qu’un grand terrain de football), avec une charge utile de 10.000 tonnes, soit dix fois plus que les barges américaines dont on parlait précédemment. 

Cette méga-structure, fournie par la préfecture de Shizuoka à la demande de Tepco, se trouve actuellement dans le port de Yokohama, afin d’y subir les contrôles et adaptations qui la rendront propre à recevoir des eaux contaminées par des radioéléments. Ce qui ne devrait pas prendre plus d’une ou deux semaines.

Il ne faut jamais désespérer !  Le courage, la solidarité et la résolution des Japonais à surmonter la plus cruelle des adversités me remplit d’admiration et de respect.

Publicités
Catégories : Étiquettes : , ,

2 Comments

  1. bravo, effectivement c est compliqué mais le courage, la solidarité font leur oeuvre… l eau pourra alors être retraitée le moment venu dans ces barges, alors?

    1. C’est certainement cela le plan. Pas à bord des barges bien sûr, qui ne sont qu’un moyen de transport, mais dans un site de retraitement dont les Japonais doivent forcément disposer. On tachera de suivre ce dossier pour vous informer…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s